Un Manager de Transition pour la fonction de Directeur Fiscal

Le poste de Directeur fiscal de transition suscite un intérêt grandissant auprès des sociétés de toute taille. Car, s’il est un domaine complexe, mouvant et menaçant pour une entreprise, c’est bien la fiscalité. En particulier la fiscalité française. Or, beaucoup d’entreprises ne disposent toujours pas d’un spécialiste fiscal dans leur organigramme. Quels risques encourent-elles et quels avantages offre le Management de transition ?

Les responsabilités d’un directeur fiscal

Le responsable du service fiscal doit :

  • Gérer au mieux les intérêts de l’entreprise au regard des taxes et des impôts,
  • Garantir le respect des dispositions en vigueur dans toutes les business units,
  • Analyser, proposer et mettre en œuvre la politique fiscale de l’entreprise,
  • Participer aux travaux de prévisions budgétaires et aux clôtures comptables,
  • Défendre les intérêts de l’entreprise lors des contrôles fiscaux,
  • Être le lien officiel entre l’administration fiscale et l’entreprise,
  • Participer à la gestion de la TVA,
  • Conseiller les meilleures options en cas de fusion-acquisition, d’implantation à l’étranger ou lors du travail de l’image de l’entreprise.

Souvent dans l’ombre de la Direction financière, le Directeur fiscal occupe toutefois un poste crucial et, à ce titre, il est associé aux instances de direction.

Les compétences d’un fiscaliste

Les études :

Dans ce domaine, les entreprises sont très exigeantes. Le Directeur fiscal idéal est titulaire d’un Master 2 en droit fiscal ou droit des affaires, idéalement complété du CAPA (Certificat d’aptitude à la profession d’avocat). Il peut aussi être issu d’une grande école de commerce et/ou avoir une spécialité en banque/finance.

L’expérience :

Elle est très importante. Il est rare de se voir proposer ce poste avec moins de huit ans d’expérience. Être Directeur fiscal implique une connaissance et une maîtrise parfaites des mécanismes comptables, financiers et juridiques.

Les qualités humaines :

Curieux, méticuleux et rigoureux, le Directeur fiscal n’hésite pas à vérifier, recouper et questionner à nouveau pour conseiller au plus juste l’entreprise. Méthodique et précis, il doit assurer une veille permanente de l’actualité fiscale et de la jurisprudence pour éviter de commettre des impairs. Du fait de la transversalité de sa fonction, il doit être diplomate, capable d’anticipation et être à l’aise tant à l’écrit qu’à l’oral. L’environnement international de ce secteur implique une très bonne maîtrise de l’anglais. La pratique d’une seconde langue étrangère est très appréciée.

Les avantages du management de transition

Vous n’avez plus de Directeur fiscal ? Vous voulez adopter des actions d’optimisation fiscale ? Votre département financier ne dispose pas des compétences nécessaires pour gérer correctement certains projets de votre entreprise ? Il peine à mettre en place de nouvelles réglementations ?

Un Directeur fiscal de transition est la solution idéale pour satisfaire vos attentes. Disponible rapidement, professionnel expérimenté, s’adaptant rapidement à un nouvel environnement, un Fiscaliste de transition est opérationnel dès le premier jour. Il sera concentré sur la réussite de sa mission jusqu’à la fin de son contrat.

Le Management de transition est un secteur en pleine croissance. Il offre une réponse sur mesure et optimale aux entreprises confrontées à des situations inattendues, parfois brutales, et susceptibles d’entraver la bonne marche de leurs affaires. Extérieur à l’entreprise, un Fiscaliste de transition a le recul nécessaire pour bien analyser la situation et vous fournir les clés juridiques à la bonne compréhension d’un dossier ou la résolution d’un litige.