Ce n’est plus un secret, la digitalisation est un levier incontournable de croissance. Selon l’étude publiée par l’institut CSA pour EY et APAX, en collaboration avec le METI en février 2019, 89% des Entreprises de Taille Intermédiaire croient en la transformation digitale pour maintenir leur croissance et s’ouvrir à de nouveaux marchés. Même si beaucoup d’entre elles reconnaissent être en retard sur le sujet, toutes ont conscience de l’importance du numérique.

 

Les territoires à investir

L’amélioration de l’expérience client, la collecte de données et l’analyse de celles-ci deviennent des sujets de préoccupation, tant en BtoB qu’en BtoC. Véritable mine d’or des ETI, cette data est bien souvent délaissée, faute de connaissances, de moyens ou de fiabilité des informations. De ce fait, 64% des entreprises de taille moyenne disposent d’une base de données client unifiée, mais ne mettent aucune démarche d’analyse en place pour exploiter ces données.

 

L’impact sur le chiffre d’affaires

L’expérience client vient en tête des projets d’investissements cités par les dirigeants d’ETI, devant la collecte de données et la cybersécurité. Depuis longtemps le message sur l’importance de la gestion du mystérieux « Big data », martelé par les experts du digital a amené une partie de ces chefs d’entreprises (89%) à intégrer à leur stratégie globale des outils leur permettant de nouer une relation étroite avec leurs clients.

Foultitude d’outils sont aujourd’hui mis à disposition pour digitaliser les processus internes, renforcer la culture digitale, communiquer, gérer la relation client, élaborer des stratégies en marketing digital, collecter et analyser des données, mettre en place une cybersécurité viable, innover… Il devient évident que le digital s’est immiscé dans tous les secteurs de l’entreprise (pour fluidifier, économiser, performer… ) et que de ne pas engager sa transformation digitale, c’est prendre le risque de se faire dépasser par la concurrence. Prendre ce tournant décisif, Réussir sa transformation digitale, c’est se donner des moyens d’accélérer ou de relancer la croissance de son chiffre d’affaires. Car générer du chiffre d’affaires et être rentable, n’est-ce pas là le souhait de tout entrepreneur ?

 

Une transformation nécessaire pour survivreETI

L’étude de l’institut CSA met en exergue le fait qu’il faut penser différemment son offre, c’est le cas, entre autres, de La Redoute. Repris en main par Nathalie Balla et Eric Courteille, le modèle économique basé sur un catalogue papier, envoyé au domicile de ses milliers de clients, a effectué un virage spectaculaire, au bon moment : Lorsque les ventes ont commencé à chuter, la marque a repensé sa logique de VPC et a misé intégralement sur sa boutique en ligne, son application, son circuit de vente et son expérience client. Se détachant totalement de son image vieillissante et s’inscrivant dans la stratégie plus large du groupe Galeries Lafayette avec La Redoute Intérieur marque le changement et repulpe les ventes en devenant phygital (ouverture de showroom AM.PM spécialisé dans la décoration intérieure et ventes textiles entièrement digitalisées).

Il a s’agit de faire évoluer le modèle économique, de le structurer en identifiant des nouvelles sources de revenu et de nouveaux canaux d’interaction client à utiliser.

Le concept de transformation digitale, n’est autre que la mise à plat des modèles préexistants, repensés et restructurés pour aboutir à de nouveaux modèles viables à l’ère digitale. Le chiffre d’affaires des ETI dépendra désormais de cette transition réussie.