Réussir sa fusion-acquisition

Une fusion acquisition est une opération financière majeure au cours de laquelle une entreprise en achète une autre. Ce type de mouvements dynamise les économies locales et mondiales. Il entraîne aussi de profonds bouleversements financiers et sociaux. Réussir une fusion acquisition est de fait un projet ambitieux, complexe et sensible. Il est donc fondamental de limiter tous les risques. Confier votre projet de M&A (Mergers & Acquisitions) à un expert aguerri comme un Manager en Transition est une sage décision.

Le panorama des M&A

En 2018, près de 50 000 opérations de fusions-acquisitions ont été réalisées dans le monde. La somme de ces transactions frôla les 4,000 milliards de dollars américains. Ce fut la troisième valeur la plus élevée depuis que l’on mesure les M&A (1980). Au sein de ce marché, la France représente un pays dynamique et attractif. Elle pèse en moyenne 15 % des M&A européennes.
Pourtant, le contexte actuel n’est pas propice à la réussite d’une fusion acquisition. Le Brexit, le terrorisme, les mouvements sociaux ou la détérioration de l’environnement naturel perturbent la visibilité des entrepreneurs.

Les raisons des fusions-acquisitions

Alors, quelles raisons poussent les dirigeants à faire de plus en plus confiance à ces mécanismes ? Une vision assez simple !

  • La synergie : 1 + 1 ne font pas 2, mais 3.
  • La diversification : parce qu’on ne met pas tous ses œufs dans le même panier.
  • La croissance externe : pour « acheter » du chiffre d’affaires sans produire trop d’effort en interne.
  • La rentabilité : augmenter sa puissance commerciale afin de renégocier ses conditions d’achats et réduire ses coûts de fonctionnement.
  • Leadership : racheter son concurrent pour être le leader du marché.

Les risques à considérer

Réussir une fusion acquisition n’est pas une évidence. La croissance externe n’est pas toujours au rendez-vous. Les entreprises concernées par des fusions-acquisitions sous-performent de 1 % (2017) à 3 % (2018) par rapport aux autres entreprises (1).
Ce résultat peut être généré par de multiples facteurs associés à l’une de ces phases :

  • Cibler la mauvaise prise : acheter une entreprise pour les mauvaises raisons et ne générer aucune croissance avec cette compagnie.
  • Payer au mauvais prix : réaliser un audit financier incorrect ou incomplet ; ne pas évaluer les investissements à réaliser ; ne pas vérifier la conformité de l’entreprise dans tous les domaines.
  • Les dues diligences sociales : un exercice incontournable afin d’identifier les facteurs de risques humains et sociaux.
  • Une mauvaise communication : ces périodes sont sujettes à toutes les rumeurs, même les plus folles. Il faut garder le contrôle de la communication auprès des équipes, des fournisseurs, des clients et des institutions.
  • Naviguer à l’aveugle : il est indispensable de fixer un plan de route ; il faut fixer des objectifs chiffrés après la phase d’étude ; valider le projet et créer un comité de pilotage qui mesure régulièrement l’avancée de la mise en place.

L’apport d’un manager de transition

Peu de compagnies possèdent en interne les compétences humaines pour élaborer et mener à terme une fusion-acquisition. Les professionnels capables de diriger ces projets majeurs ont un profil particulier. Ils disposent d’une formation appropriée et ont déjà mené à bien de telles transactions en France ou à l’étranger. Ils connaissent les nombreuses et dernières réglementations en vigueur, les normes du protectionnisme, les inquiétudes géopolitiques, les risques financiers et les non-financiers…
C’est le cas des managers en transition de notre cabinet. Ils interviennent très tôt dans le projet et conduisent la mission à son terme.

Reactive Executive vous présente des cadres expérimentés dans ce type d’opérations. N’hésitez pas à nous contacter.