Dorothée Baude a fondé Reactive Executive en 2012. Elle nous raconte son parcours et nous présente son cabinet de management de transition ainsi que les enjeux du métier de manager de transition.

Comment l’idée de créer un cabinet spécialisé en Management de Transition vous est-elle venue ?

J’ai su que je créerai ma société dès l’âge de 26 ans. En effet, après avoir travaillé 8 années au sein de grands groupes, je ne me sentais pas à ma place. Par ailleurs, les process et les prises de décision sont tellement longs que je perdais toute mon énergie à essayer de faire avancer des projets, à faire des reportings et des présentations.
Puis, deux années plus tard, l’idée de créer un cabinet spécialisé en Management de Transition m’est venue lorsque j’étais rattachée à la division du Management de Transition d’un cabinet américain.
J’ai eu le coup de foudre pour ce métier. La posture du Manager de Transition faisait écho en moi. Ces véritables Managers de transition ne sont pas à la recherche du pouvoir, ce sont des hommes de projet qui interviennent sur des missions au pied levé. Ils ont une liberté d’action et de parole et je me voyais en eux !

Vos études ont-elles été en lien avec ce métier ?

– Oui et non.
Oui car j’ai un Master en Management Industriel qui m’a permis de combiner des connaissances industrielles et une vision managériale. Cela m’a permis de maîtriser l’univers industriel et d’avoir une vision globale de l’entreprise et de ses projets.
J’ai également un Mastère Spécialisé Entrepreneurs qui donne les outils pour créer, reprendre, redresser et évaluer une société. Cette formation à l’ESC de Grenoble a été très riche et cela me permet aujourd’hui de mieux appréhender certaines problématiques de mon métier.
– Et non car il n’y a pas d’études qui forment à ce métier.
Le métier de Manager de transition ne s’apprend pas, c’est en lui. Il en va de même pour les associés, consultants au sein de cabinets de management de transition.
Vous devez avoir cette capacité à accompagner vos managers et vos clients, détecter les projets et écrire une feuille de route. Il faut à la fois être à l’écoute et force de proposition : je ne pense pas que ce soit mes études qui m‘aient appris cela. L’expérience opérationnelle reste la meilleure école !

Comment résumeriez-vous Reactive Executive en quelques mots ?

Reactive bien sûr ! Reactive Executive est une structure agile où la liberté, créativité, performance, transparence, le plaisir, la confiance et l’élimination de la hiérarchie ont leur place.
Reactive Executive accompagne ses clients, en France et à l’international, en :

  • faisant du sur-mesure,
  • s’adaptant aux enjeux, contextes de ces derniers et surtout
  • intervenant avec le Manager de transition qui saura répondre à la problématique d’entreprise.

Comment peut-on devenir un manager de transition ?

Tout le monde ne peut pas devenir manager de transition. Beaucoup de cadres dirigeants qui perdent leur emploi veulent s’orienter vers le management de transition car ils pensent retrouver un emploi plus facilement. Le management de transition n’est pas une solution dans ce cas.
On reconnaît un manager de transition à sa posture, sa liberté d’expression, son opérationnalité, son indépendance et son autonomie. Il ne veut pas appartenir à une organisation. Il est seulement là pour mettre en place un projet puis partir. Il faut une véritable âme d’entrepreneur et être capable de « mettre les mains dans le cambouis ».

Pour quelles raisons les entreprises font appel à un manager de transition ?

Les entreprises n’ont très souvent pas les compétences en interne ni le temps nécessaire pour mener à bien un projet.
L’entreprise nous confie le soin de pourvoir aux compétences qui lui font défaut et nous lui apportons des solutions managériales en constituant une équipe de Managers de Transition de très haut niveau pour des missions dans le cadre d’un projet ou dans le cadre de remplacement d’une compétence clé de l’entreprise.

Quelles sont les missions qu’il effectue ?

La majorité sont des missions de :

  • retournement (mise en place de PSE…),
  • management de crise,
  • gestion de projets stratégiques,
  • conduite du changement,
  • réduction des coûts,
  • amélioration de la performance,
  • remplacement de dirigeants,
  • fusion-acquisition…

La force de notre métier est de savoir s’adapter au marché et faire preuve de souplesse et de flexibilité face aux besoins spécifiques de nos clients.

Quelles sont pour vous les qualités indispensables pour faire ce métier ?

Apolitique, entrepreneur, indépendant, autonome, surdimensionné, opérationnel, un meneur d’hommes !

Avez-vous de précieux conseils à donner aux futurs managers de transition ?

Penser à se ressourcer pendant la mise en place d’un projet. La pression, les enjeux, les engagements sont tellement forts qu’il faut réussir parfois à sortir du projet pour prendre du recul et ainsi prendre les meilleures décisions dans un temps limité.

Enfin, avez-vous une anecdote qui vous est arrivée pendant votre carrière ?
Une réussite que vous souhaiteriez nous faire partager ?

Une réussite ? Reactive Executive !
J’ai toujours pensé qu’être une femme, faisant partie de la génération Y, qui plus est totalement apolitique, était un frein pour évoluer dans le monde des entreprises.
Mais aujourd’hui, avec Reactive Executive, je me rends compte que cela est un atout. En effet, mes clients me font confiance pour ma transparence et ma réactivité.

Interview réalisée par Léa Cirotteau, Community Manager chez My RH Community